Accueil » L’histoire de nos poules, le début de notre poulailler

L’histoire de nos poules, le début de notre poulailler

En août 2011, Justine était chargée par nos voisins partis en vacances de venir ouvrir leur poulailler le matin, rajouter des graines dans les mangeoires, changer l’eau et refermer le poulailler le soir.

Poule perchée sur l'épaule de Justine
Justine avec Praline en 2011

Elle avait été prévenue qu’une des poules couvait depuis environ 17 jours et que les œufs allaient donc bientôt éclore.

Depuis plusieurs semaines déjà nos voisins avaient constaté que les pattes de leurs poules et de leur coq doublaient de volume et étaient couvertes d’espèces de croûtes mais ceci, sans réellement s’inquiéter du phénomène ou chercher à savoir quelle maladie pouvait le provoquer.

Lorsque Justine a vu l’état des poules, elle a réalisé l’urgence de la situation. Nous avons alors aussitôt fait des recherches pour essayer de trouver ce qu’elles avaient.

Rapidement, les informations récoltées, comparées aux symptômes que nous avions sous les yeux, nous ont conforté vers le diagnostic de la gale des pattes de la poule. Il nous a encore fallu chercher un traitement efficace, que nous avons mis en place dans les jours qui ont suivi.

Entre-temps, les poussins prêts à naître sont arrivés. Malheureusement compte tenu de leur état de santé déplorable, les poules étaient incapables de s’occuper d’eux, systématiquement rejetés.

Justine, voyant cela, a aussitôt pris les 4 poussins, dont un était presque mourant (il s’agit de Vanille), pour les ramener chez nous. Nous n’avions pas la capacité de les garder dans un endroit sûr et adapté, aussi ce sont nos autres voisins, adorables, qui nous ont permis de les installer dans un ancien clapier à lapin.

Tous les jours, Justine avec patience et ténacité s’est occupée des poussins : elle les a nourri, tous les matins et tous les soirs elle les a réchauffé avec une bouillotte placée en dessous de leur couche constituée par deux peluches destinées à imiter la chaleur de leur mère; elle a nettoyé leur litière deux ou trois fois par semaine pour que l’hygiène soit irréprochable.

Grâce à elle, tous ont été sauvés et se portent aujourd’hui à merveille puisque c’est pour eux que notre poulailler à été mis en place plus vite que prévu !




Bien sûr, nous avons tous les jours, pendant 3 semaines environ, soigné les poules et le coq malades de nos voisins. Dans la rubrique Parasites externes vous découvrirez quel traitement nous leur avons appliqué pour les guérir. Sur les 4 poules présentes une seule est morte. Les 3 autres ont perdu des doigts mais ont retrouvé de belles pattes. Le coq est également guéri, et lui n’a perdu aucun doigt.

Voilà donc l’histoire de notre attachement pour les poules. Justine s’est totalement investie pour sauver ces 4 poussins et son attachement pour eux n’a fait que grandir. Tous les 4 sont adorables, même si Roméo aujourd’hui est un peu rebelle puisqu’il nous considère comme ses parents ! Dès qu’elles en ont l’occasion, Vanille, Crevette et Praline, se perchent sur son épaule et même sur sa tête !

Aujourd’hui, Comète, Cannelle, Cacahouète, Muscade et Luna les ont rejoint.

En tant qu’amoureuses des animaux, nos poules nous apportent beaucoup, elles sont drôles, attachantes, curieuses… chacune a son caractère. Nous sommes heureuses de les voir vivre leur vie sans stress, en semi-liberté et avec le meilleur confort possible.

Définitivement, nous sommes atteintes de poul’mania !

Isabelle et Justine

Voici Roméo, Praline, Vanille et Crevette, les poussins sauvés par Justine :

Lien utileAutre traitement possible de la gale des pattes




Laisser un commentaire

HTML Snippets Powered By : XYZScripts.com