Accueil » Les maladies des poules, comment les éviter, comment les soigner

Les maladies des poules, comment les éviter, comment les soigner

Vos poulettes aussi peuvent tomber malades. Les maladies des poules ne sont pas rares au poulailler. C’est pourquoi il est important de les observer régulièrement et rester attentif à tout changement de comportement.

Une poule abattue, qui s’isole, qui perd ses plumes, dont les yeux coulent, dont les pattes grossissent anormalement et tout autre symptôme anormal etc. doit vous alerter.

Ne perdez jamais de vue, qu’une hygiène irréprochable de l’environnement de vos poules, évitera le plus grand risque de maladie. Il vaut mieux prévenir que guérir ! Nettoyez, désinfectez régulièrement, et vos poules resteront en bonne santé.

Concernant les vaccins, si vous élevez quelques poules, aucun n’est obligatoire. Mais sachez cependant que les poules achetées en jardinerie ou chez des éleveurs seront normalement vaccinées contres certaines maladies.

Nous avons répertorié sur cette page les principales maladies virales et bactériennes susceptibles de toucher les poules. Ce sont des pathologies le plus souvent transmises par voie aérienne ou digestive. Elles peuvent contaminer une basse-cour soit à l’arrivée de nouvelles poules, mais aussi par l’intermédiaire des oiseaux qui mangent les graines, les rongeurs, les vers etc.

Les maladies virales chez les poules

• La maladie de Newcastle

Cette maladie très grave , provoquée par un paramyxovirus est mortelle dans presque 100 % des cas. Elle était autrefois appelée “peste aviaire”.

Elle est contagieuse et se transmet par les sécrétions des sujets atteints. Il n’existe aucun traitement spécifique, cependant la vaccination est possible. Cette maladie fait l’objet d’une déclaration obligatoire auprès de la préfecture.

Symptômes : perte d’appétit, fièvre, soif intense, problèmes respiratoires, diarrhée, troubles de l’équilibre, paralysie.

› En savoir plus › La maladie de Newcastle

• La maladie de Marek

Elle est provoquée par un herpès virus. Elle touche surtout les sujets jeunes, âgés de 8 à 10 semaines. Le taux de mortalité est de l’ordre de 10 à 15%. Il n’existe aucun traitement spécifique, le vaccin est possible mais pas efficace à 100 %.

Symptômes : mouvements saccadés, paralysie, tombe. Peuvent s’ajouter des difficultés respiratoires des troubles digestifs : constipation ou diarrhée.

› En savoir plus › La maladie de Marek

• La bronchite infectieuse

Elle est provoquée par un coronavirus et est très dangereuse pour les poussins. Le décès survient dans près de 100 % des cas et très rapidement (2 à 3 jours). Aucun traitement spécifique mais la vaccination est possible.

Symptômes : conjonctivite, difficultés à respirer, toux. Les sujets sont abattus, ne se nourrissent plus et boivent beaucoup.




• La variole aviaire

Elle est provoquée par un poxvirus et peut se présenter sous deux formes : cutanée et diphtérique. Le taux de mortalité est faible. Aucun traitement spécifique mais la vaccination existe.

Symptômes : sous la forme cutanée, on voit apparaître des pustules et des vésicules aux commissures du bec, sur les paupières, les barbillons et la crête. Dans sa forme diphtérique, la maladie fait apparaître des fausses membranes adhérentes à l’intérieur du bec, entraînant des difficultés respiratoires.

• L’encéphalomyélite aviaire

Elle est provoquée par un picornavirus qui se localise dans le cerveau. L’autre nom de cette maladie est la “tremblote épidémique”. Elle touche surtout les jeunes sujets de moins de 6 semaines. Aucun traitement spécifique mais la vaccination est possible. L’issue de cette maladie est la mort.

Symptômes : déprime, tremblements de la tête et du cou, paralysie.

• La laryngo-trachéite infectieuse

Elle est provoquée part un herpès virus. Il existe deux formes : la forme aiguë (dans 20 % des cas la mort survient par étouffement), et la forme subaiguë (mortelle dans seulement 5 % des cas). Il n’ y a aucun traitement spécifique mais l’administration d’antibiotiques permet de minimiser les symptômes et les conséquences de la maladie.

Symptômes : difficultés respiratoires, toux, expectoration de mucus sanguinolent.

Les maladies bactériennes chez les poules

Les maladies bactériennes encore appelées bactérioses sont des maladies infectieuses provoquées par des bactéries. Elle peuvent être largement évitées au poulailler avec une hygiène rigoureuse et une désinfection régulière de l’habitat de vos poules.

Trop de promiscuité peut être à l’origine des maladies bactériennes. N’accueillez jamais plus de poules que vous ne le pouvez.

• La mycoplasmose

C’est une maladie qui peut être causée par des courants d’air, un refroidissement. Elle peut aussi apparaître après une maladie infectieuse. Certains sujets peuvent être porteurs sains sans déclarer la maladie mais peuvent la transmettre. Elle est également appelée MRC (maladie respiratoire chronique). Le traitement est à base d’antibiotiques.

Symptômes : ils sont assez proches de ceux du coryza : toux, éternuements, difficultés respiratoires.

• La pasteurellose

Cette maladie encore appelée «choléra aviaire», peut prendre différentes formes. La plus dangereuse et redoutable est la forme suraigüe : les sujets meurent subitement sans présenter aucun symptôme. La forme chronique est plus est fréquente et peut se soigner par antibiotiques.

Symptômes : surtout respiratoires : toux, râles, éternuements, écoulements nasals abondants. Les symptômes peuvent évoluer vers une pneumonie.

• La colibacillose

C’est une maladie assez rare provoquée par la bactérie Escherichia coli. Elle atteint surtout les jeunes sujets. Traitement à base d’antibiotiques.

Symptômes : abattement, diarrhée, anorexie. Des troubles respiratoires peuvent également se manifester.

• La pullorose

Egalement appelée diarrhée blanche, elle affecte surtout les très jeunes sujets, les poussins. Le traitement est à base d’antibiotiques.

Symptômes : les poussins sont abattus, refusent de s’alimenter, gémissent. Leur abdomen est gonflé, ils expulsent une espèce de diarrhée blanche. Peuvent ensuite survenir un gonflement des articulations, une boiterie. Les très jeunes poussins peuvent mourir rapidement.




• La thyphose aviaire

La bactérie en cause est Salmonella gallinarum. Elle affecte les jeunes de plus de 3 mois et les adultes. La forme aiguë est le plus souvent mortelle. Un traitement antibiotiques existe, mais les sujets guéris restent porteurs du germe et deviennent contaminants.

Symptômes : la forme chronique se manifeste par une perte d’appétit et une soif intense. Les sujets malades sont anémiés, ils sont atteints d’une diarrhée jaune et fétide caractéristique.

• Le coryza infectieux

Cette maladie atteint généralement les adultes. L’issue en est souvent fatale. Il existe un traitement à base d’antibiotiques.

Symptômes : difficultés respiratoires, toux, éternuements, écoulements abondants. Les symptômes évoluent en conjonctivite avec larmoiement important et œdème de la face. Le sujets atteints ne peuvent lors plus s’alimenter et finissent par mourir.

› En savoir plus › Rhume et coryza chez la poule

Conclusion sur les maladies des poules

Vous l’avez compris, tous les éleveurs qu’ils soient familiaux ou professionnels, sont confrontés un jour ou l’autre aux maladies des poules.

On peut cependant minimiser les risques de maladie en offrant à ses poulettes un environnement adapté et sain.

À lire aussiComment éviter trop de parasites au poulaillerLes parasites internes des poulesLes parasites externes des poules

2 réflexions au sujet de “Les maladies des poules, comment les éviter, comment les soigner”

  1. Ma poule soie de 3 ans perd l’équilibre en marchant pourtant elle mange bien ses plumes sont belles ses doigts sont propres et griffes pas d’anomalies que peut’il se passer merci

  2. Bonjour, l’avez-vous pesée ? Les pertes d’équilibre peuvent être due à une anémie, une maladie (manque de vitamines), un parasitage important… Il convient de la peser en urgence dans un premier temps et la mettre au chaud si besoin.

Laisser un commentaire

HTML Snippets Powered By : XYZScripts.com