Accueil » La poule : informations importantes pour l’accueillir chez vous

La poule : informations importantes pour l’accueillir chez vous

Si vous êtes sur ce site, c’est que vous recherchez des informations sur la poule afin de savoir comment l’élever, la choisir, prendre soin d’elle.

Vous avez certainement vous aussi, envie de connaître la joie de déguster de bons œufs frais issus de vos poules et surtout issus de sujets nourris sainement.

Nos poules sont destinées à vivre longtemps – même lorsqu’elles ne pondront plus – et mourir chez nous de leur belle mort. C’est notre choix, mais il est tout à fait honorable que vous soyez tenté de les élever pour leur chair.

Voici donc quelques points intéressants et essentiels à connaître pour bien élever vos poulettes. Vous pouvez bien sûr compléter ces informations en lisant des livres de spécialistes › Livres sur les poules

Vous trouverez également des informations sur son origine et son anatomie.

Origine de la poule

C’est l’archéoptérix, dinosaure à plumes vivant il y a quelques 150 millions d‘années, qui est retenu comme l’ancêtre le plus lointain de la poule.

Il semble qu’ensuite, vers 1 million d’années, une seule population de poules occupait le continent eurasien. Il y en avait donc dans votre jardin.

Pendant les glaciations du quaternaire le groupe se serait divisé et seul le groupe indien aurait survécu donnant naissance à quatre espèces. C’est à partir d 2 de ces espèces, en des temps cette fois-ci historiques, que des individus domestiqués ont fait leur retour en accompagnant les commerces et transhumances de l’homme vers le bassin méditerranéen puis dans toute l’Europe.

En Grèce, on note sa présence dès le VI siècle avant Jésus-Christ. En France, les Celtes élevaient déjà poules et coqs. Au fil des siècles et des migrations, le nombre de races a augmenté. Mais c’est sous Charlemagne que la poule est de plus en plus est élevée et recherchée pour sa chair.

La poule moderne

Fin du XIXe siècle, grâce aux lois de Mendel sur l’hérédité, le monde de l’aviculture s’organise et la sélection de poules pondeuses et volailles de chair connait un véritable essor.

Cet âge d’or ne durera que jusque la Seconde Guerre mondiale, après laquelle ces belles et bonnes races anciennes ont disparu du monde de la production. Elles ont été chassées par les hybrides modernes, plus performants en ponte et de croissance plus rapide pour les poulets de chair.

Depuis les années 70, à partir de sujets retrouvés ici où là et sélectionnés à nouveau, de nombreuses races ont été sauvées de l’extinction par des éleveurs amateurs.




Anatomie de la poule

La poule fait partie de l’ordre des gallinacés qu’on appelle maintenant les galliformes. Ce sont des omnivores dont l’allure fait penser à un gros oiseau aux pattes courtes et très robustes, au bec assez épais.

La reconnaissance entre une poule et un coq adulte se fait aisément, ce qui n’est pas le cas lorsqu’on à affaire à un poussin.

Le squelette est constitué de deux types d’os : une partie sont des os longs et plats, spongieux, l’autre partie des os du squelette sont creux et remplis d’air. Le sternum est développé et composé d’une saillie nommée bréchet.

La tête est surmontée d’une crête toujours plus développée chez le mâle que chez la femelle. La crête est plus ou moins importante selon les races. Elle peut également être plus ou moins rouge. La couleur de la crête peut varier selon l’âge de la poule et son état de santé.

Les ailes sont recouvertes par trois catégories de plumes :

  • Les rémiges primaires sont les grandes plumes fixées à l’arrière et à l’extrémité de l’aile. On en compte 10.
  • Les rémiges secondaires sont les grandes plumes qui se trouvent à l’arrière de l’aile, entre les rémiges primaires et le corps. Elles sont également au nombre de 10.
  • Les plumes de couverture recouvrent une partie des rémiges.

Les membres postérieurs : les poules possèdent 4 doigts. Le coq possède lui des ergots en plus.

La queue sert à l’équilibre de la poule, et éventuellement à maintenir sa direction en vol ( ce qui est relativement rare sauf pour les races de poules très légères). Deux types de plumes la recouvrent : les rectrices qui se comptent au nombre de 14 et sont situées à l’extrémité de la queue, et enfin les plumes de couverture de la queue, qui elles sont plus petites.

Anatomie de la poule
Anatomie du coq

Accueillir des poules

L’envie d’avoir des poules touche de plus en plus de monde. Dans son livre Le poil et la Plume, Anny Duperey revendique son attachement aux poules, elle soumet même l’idée d’une journée de la poule !

Mais attention, prendre soin d’une poule implique beaucoup de choses et d’engagements même si elle reste un animal facile à élever. Nous n’irions donc pas dire comme l’auteur de ce livre que bientôt on élèvera des poules sur son balcon. Surtout pas : ce serait aller à l’encontre des besoins fondamentaux de cet animal (herbe, espace, calme, gratter, picorer…).

La poule a besoin d’un parcours herbeux de préférence, d’une surface suffisante (on compte minimum environ 20 m2 par poule, plus, c’est encore mieux), et d’un endroit pour dormir et se protéger (le poulailler).

Il est donc impensable d’imaginer installer une poule sur son balcon. Vous seriez vite envahi de crottes (les poules crottent beaucoup et suivant l’alimentation, cela peut sentir très fort). La plupart des gens qui essaieraient seraient d’ailleurs déçus : trop stressée, la poule ne pondrait guère !




La poule au quotidien

Élever des poules demande donc, du temps et de l’attention. Ne perdez pas de vue qu’il faudra nettoyer le poulailler régulièrement (l’odeur peut être assez forte), quel que soit le temps. Nous le faisons deux fois par semaine, le mercredi et le dimanche. Une fois par semaine peut suffire. Cela dépend du temps et du nombre de poules.

Par temps humide il convient de nettoyer plus régulièrement que par temps sec. Les fientes sont enlevées, la litière changée, l’eau renouvelée. Tous les jours nous rajoutons des graines dans les mangeoires. En faisant ainsi, vous éviterez beaucoup de risques de maladies et de parasites.

Mais quel plaisir de les voir déambuler dans leur espace de vie, accourir vers nous avec leurs petites pattes en se dandinant dès qu’on leur apporte quelques petits « extra » à manger !

Le caractère des poules

Chacune à son caractère, des affinités se créent entre elles. Une telle va dormir avec une telle, ou accepte de l’une ce qu’elle refuse à l’autre.

Certaines sont plus hardies que d’autres et nous suivent partout dans leur enclos, quoi que nous fassions.

Dans l’ensemble, les poules sont quand même assez curieuses ! C’est un régal de les voir se rouler dans la terre et s’endormir étalées au soleil. Elles communiquent entre elles avec des petits sons et savent très bien manifester contentement comme mécontentement…

Sans parler de la joie de trouver les premiers œufs ! On les attend, les espère… et un matin, ils sont là, tout chauds, encore un peu petits (les premiers œufs sont toujours plus petits), mais bien réels !

Vous l’aurez compris, avoir des poules est un plaisir incontestable, mais pas un plaisir facile, et comme toute chose, il se mérite !

Un coq dans la basse-cour ?

Beaucoup de personnes se posent la question : est-il indispensable d’avoir un coq avec ses poules même si pour pondre une poule n’a pas besoin de coq ?

Pour nous, cela semblait évident que oui mais nous avons quand même cherché à comprendre ce que le coq apporte à la vie d’une basse-cour et en avons conclu que notre choix était définitivement le bon !

Le rôle du coq

Le coq à un rôle important dans la basse-cour : il protège ses poules et le territoire, il cherche pour elles les bons plans « repas », il averti ses poules lorsque qu’il trouve de bonnes choses à manger : il pousse un petit cri, elles accourent alors pour déguster ses trouvailles. Il attendra un certain temps avant de se permettre de manger lui aussi.

Il les défend si besoin est contre les intrus qui oseraient s’introduire sur le territoire : oiseaux, chats, rongeurs etc.
Enfin , il assure la reproduction, sans coq pas de poussins, et la poule comme tous les animaux a besoin de se reproduire pour assurer la continuité de son espèce. C’est donc important pour elle d’avoir un coq qui assume ce rôle.

En les observant et en apprenant sur elles, nous sommes persuadées, que le coq dans la basse-cour apporte l’élément d’équilibre essentiel, qui permet à la poule de vivre sa petite vie sans stress.

Voici une anecdote sympathique; dans son Anny Duperey nous livre l’explication d’un voisin, Robert, je cite : “ Sans coq les poules elles seraient malheureuses …” Tout est dit !




Et les voisins ?

Bien sûr en zone semi-urbaine il n’est pas forcément évident d’avoir un coq, surtout si vous avez des voisins très proches.

Plutôt que de prendre le risque de vous fâcher définitivement avec eux, tâtez le terrain et demandez leur si cela pourrait les gêner d’entendre un coq le matin.

Il y en a certainement qui vont adorer l’idée, d’autres moins mais vous saurez ainsi où vous aller.

Pourquoi ne pas leur faire également la promesse de leur offrir quelques bons œufs de temps en temps ?

C’est une démarche qui pourrait les réconcilier avec l’idée d’entendre un coq chanter tous les matins… Le coq chante au matin, mais aussi la journée pour délimiter son territoire.

Mais sincèrement, le chant du coq n’est en rien dérangeant, et il ne dure pas des heures. Attention cependant, de plus en plus de plaintes de voisins sont déposées un peu partout en France.

Pour en savoir plus sur la législation autour du poulailler › Poulailler : législation et réglementation

Conclusion

Vous l’avez compris, la poule est un animal attachant à découvrir ou redécouvrir. Cependant, elle ne s’élève pas comme un animal domestique et demande plus de temps et d’attention.

Tous nos remerciements à Michel Audureau auteur de “J’élèverais bien des poules” pour ses corrections et ses remarques de spécialiste sur cet article.

À lire aussiTout savoir sur la ponte et la couvaisonAlimentation poule pondeuseComment bien choisir ses poulesPrendre soin de ses poules pour éviter les maladiesAnatomie de la pouleAnatomie du coq

Laisser un commentaire